Dernier ou premier pas ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dernier ou premier pas ?

Message par Priam le Ven 7 Avr - 12:11

.
 
        Le corps du commandant gisant à terre, coupé en deux par cet individu si étranger à l'équipage, on en oubliait presque la chaleur étouffante brûlant la peau et les Ferr en recherche de proies qui rôdaient aux alentours. Tous restés bouche-bée. Le colonel K'noga fit un pas en avant, s'approchant de son ancien camarade avec qui il avait tant vécu, de bons comme de mauvais moments, des moments de doute comme de confiance, de joie comme de tristesse. Parmi l'ensemble du Neuvième, il était indéniablement le plus proche du commandant, quoi d'étonnant au final qu'il prenne la parole en premier, avec un mélange de tristesse et de haine macérant ensemble jusqu'à l'explosion.
 
         Surtam :  Les enculés...ils nous vadrouillent de missions en missions, de guerre en guerre sans même calculer les risques.. Tout ces cadavres, aucun rapport ne précisait si cette planète était dangereuse et voilà le résultat ! Zafer était honnête ! Zafer était un vrai commandant ! Et ces fils de putes...ils l'ont tué ! Cette mission, cette balise, qui l'a vraiment posée !....Je démissionne. Ceux qui veulent me suivre peuvent, mais sachez que pour les autres je ne vous en voudrai pas...
 
       Si la mort de Zafer Naaman était inattendue, les paroles de Surtam l'était sûrement tout autant quoique logique après ce qu'ils venaient de vivre. Ses mots avaient donnés à tous un frisson jusqu'à l'échine et le silence était devenu encore plus pesant que précédemment. C'est Neuf qui étonnamment fut le premier à faire un pas en avant et prendre la parole. Il avait repensé à ce que l'OU lui avait apporté et enlevé, depuis le début de sa carrière mais aussi de sa vie. 
 
       Neuf : Ces fils de putes ont toujours parler d'honneur mais ils plantent un couteau dans le dos à nos camarade, à nos civils et à tous ceux qu'on a aimé !... Mais il le font avec grande classe, en nous faisant gradé avant pour que nos cadavres resplendissent de nos insignes *Neuf retira ses barrettes de première classe en ajoutant quelques mots* je tuerai tous ceux qui nous barerons la route car maintenant je suis « LIBRE »
 
Malgré son manque d'expérience dans le milieu militaire, ses dires étaient lourds de sens pour beaucoup de membres de l'équipage. L'albéen vint à prendre une longue et profonde respiration, épuisé aussi bien physiquement que moralement.
 
Valil : C'est donc votre choix. Je le comprends parfaitement. Nos objectifs sont, sans aucun doutes, différents et j'en saisi parfaitement les contrastes. Ainsi, moi, Valil Keirn, suis honoré d'avoir pu travailler avec vous, Surtam, Neuf et tout ceux qui les suivront, dans cette aventure en tant que collaborateur, et même parfois plus, en tant qu'ami. Qu'Azaëll vous guide, vous garde et éclaire votre chemin. Soyez forts, le chemin est encore long et tortueux. Prenez soin de vous mes amis, quelque soit le projet que vous allez entreprendre.
 
La décision n'était pas si étonnante en fin de compte venant de l'albéen. Il avait noué des liens d'amitié avec certains membres de l'équipage mais jamais au détriment de ses objectifs personnels. Le calien fit alors un pas en avant, dans le but de s'exprimer.
 
Lars : Je ne sais pas ce que vous en pensez, j'espère que l'on ne deviendra pas ennemis dans le futur pour ceux qui restent. Mais je préfère sacrifier mon envie de revoir ma famille que de rester et vous voir tous mourir un par un. Je pars avec Surtham.
 
Le première classe Baraïm sentait au sein de l'équipage la peur, la haine et la tristesse qui émanaient de ses camarades. Il savait que sa place, comme celle de tout le monde ici, il l'a devait au feu commandant Naaman. Sûrement est-ce cet engagement qu'il avait auprès de lui qui poussa l'écailleux à rejoindre le désormais ancien colonel.
 
Orgoloth : Il est toujours difficile de faire un choix, peu importe d'où l'on vient et peu importe notre culture. Et je pense que vous connaissez déjà tous ma réponse, Tanhweqi Glauuq a fait un choix, un choix que je suis depuis ma naissance, depuis quatre-vingt treize longue année bientôt. Abandonner l'OU reviendrait à abandonner mon peuple et je ne peux m'y résoudre. Je ne vous prendrais pas à part un par un pour tenter de vous résonner car je n'ai jamais aimé les adieu et je sais que mon avis ne changera pas votre décision. Mais sachez que vous m'aurez tous marqué à votre façon dans cet équipage, parfois en bien, parfois en mal mais je ne vous oublierais jamais. Puisse votre route vous menez là ou vous l'entendez, ..mes amis.
  
Le drakéïde masquait la douleur de son bras sur son visage mais malgré sa sagesse on pouvait au fond sentir la douleur de cette séparation. L'âge apporte beaucoup de choses, mais ne rends jamais insensible. Goï mit la main sur sa poitrine, en arracha les galons puis s'avança vers Lars et Neuf, la main tendu. Les deux "déserteurs" compriment rapidement le geste et arrachèrent à leur tour le dernier symbole de leur grade avant de les poser dans la main du nautolan. Enfin, il se dirigea vers le Lieutenant Renfield en lui tendant leurs anciennes insignes.
 
Goï : Les premières classes Baraïm et Pixel et le Lieutenant Ran sont mort au combat. Notre collaboration s'arrête ici les enfants, mes ambitions sont trop grandes pour mourir dans une mission suicide sans importance. Mais notre amitié elle, continuera de perdurer. Blanc bec, L'Ancêtre, Brim et toi, Donzelle, je suis heureux de vous avoir connu. Restez fort, restez ensemble. Et si dans un jour de solitude vous perdez espoir, dîtes vous qu'un Nautolan qui amuse la galerie continuera de croire en vous. On se reverra bientôt, j'en suis sur. L'univers est plus p'tit qu'on l'croit.
 
Quant à Jody, la jeune femme était restée en arrière durant cette scène presque irréaliste. Elle écoutait avec attention et stupeur les paroles de ses co-équipiers qui n’en serait bientôt plus pour certains. Elle prit les médailles du bout des doigts, regarda Goï avec hébétement puis fit un pas en avant :

Jody : - la désertion n’est pas une option pour moi, nous avons chacun nos convictions comme le dis si bien Orgoloth alors je vous souhaite de trouver la paix. Je ne veux pas finir ma vie en fugitive, je ne veux pas non plus avoir à tuer l’un d’entre vous. Nous avons été une très bonne équipe, avec ses victoires et ses défaites. Alors acceptons l’inacceptable, Goï, Lars, Surtam, vous êtes là depuis le début, vous êtes et vous resterez le neuvième autant que nous. Je ne vous remercierez jamais assez d’avoir réussi à créer une certaine cohésion entre nous, vous me manquerez. Je ne vous direz pas au revoir aujourd’hui, restez en vie, ça me suffit.
 
Ne restait alors plus que Brim à se prononcer. Le pergammon était resté silencieux jusque là, plutôt inhabituel le concernant. Quelques larmes étaient encore présente le long de ses joues et ses yeux encore partiellement rouge. Mais bizarrement les mots qui sortirent de sa bouche ne furent pas fébriles, même pas tremblants.
 
Brim : Il m'est difficile de trouver les bons mots. Parfois, les événements sont prévisibles et on peut se préparer à ce que nous dirons. Mais aucun de nous ne pouvait prédire ce qui s'est passé aujourd'hui. C'est dur, horrible, pour chacun d'entre nous, et c'est dans ces moments là où nous laissons notre nature prendre le dessus. Je n'en veux à personne d'entre vous, le choix que vous prenez est celui que vous dicte votre vraie nature. Un jour nous nous retrouverons, et même si nos origines ou nos organisations diffèrent, nous ne devrons pas nous cacher derrière tout ça. Bonne chance à vous les amis, et j'espère que tout ira bien pour vous.
 
 
 
 
 
 .

_____________________________________________________________________


avatar
Priam
Admin

Messages : 63
Date d'inscription : 14/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://welcomeearth.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum