Petit, grand.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petit, grand.

Message par Priam le Sam 16 Avr - 23:56

"Je sentais son souffle chaud à deux doigts de mon visage. Nous n'étions séparé que par une grille épaisse aux gonds rouillés. Mais je savais qu'à n'importe quel moment, il pouvait en venir à bout et faire de moi son deuxième repas. De Beran il ne restait que quelque bouts de vêtements qui s'étaient coincés entre ses crocs. Nous l'avions sous estimé, nous pensions que son intelligence était limitée et que toutes les histoires que l'on avait pu lire n'était que mythe et légende, mais il était impossible de nier désormais que nous étions dans le faux. Sa peau était plus solide que le granit, ses crocs plus acérés que des lames en filen et ses yeux...ses yeux étaient synonymes même de terreur et enfer. Voilà qu'il commence alors à tourner en rond dans ce qui aurait dû être sa cellule mais qui finalement ne s'avère n'être qu'un vulgaire obstacle à la future proie que je suis. Je me sens si petit face à lui...les secondes me semblent des heures et son regard perçant me glace le sang. Il frotte lentement ses griffes sur les barreaux comme un rituel d'avant sacrifice. De ses deux lourdes pattes il écarte fièrement les barreaux et marque un léger temps d'arrêt avant de continuer sa marche vers moi. Son regard est de feu et moi de glace. Je fonds de larmes et me sens si ridicule d'avoir pu oser imaginer avoir mes chances face à cette créature. Oh oui je sais bien, vous allez dire que si j'écris ces lignes c'est que j'ai pu échapper à la bête, mais le résultat n'est pas celui que vous espérez. J'étais tétanisé. Aucun mot n'osait sortir de ma bouche, pas même quand le monstre a commencé a mâchouiller ma jambe comme un morceau de viande bourré de nerfs que l'on refilerai à son animal. Je ne bougeais pas, je ne luttais pas, j'espérais juste m'évanouir avant la fin, mais il n'en fut rien. La bête m'amputa de la jambe droite et s'en alla. Je n'ai pas gagné ce jour là. Je suis mort. Mort de peur, peur de vivre, hanté par tant de cauchemars, ces images qui tournent en boucle dans ma tête tel le manège de l'enfer et ses chevaux de feux. Ce jour là, c'est lui qui a gagné. Il m'a ôté une jambe et pourtant c'est bien dans ma tête qu'est le plus lourd handicap. Alors oui, je vous écris aujourd'hui, mais ce n'est pas pour que vous me plainiez ou me voyez nager dans une solution de peur et de ridicule, je vous écris pour crier de ne jamais approcher un Ferr."

_____________________________________________________________________


avatar
Priam
Admin

Messages : 63
Date d'inscription : 14/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://welcomeearth.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum