Cognita per facis - Goï Ran et Valil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cognita per facis - Goï Ran et Valil

Message par Valil Keirn le Dim 28 Aoû - 15:02

Ce dialogue se situe au début de notre aventure. Goï et moi-même cherchons à nous connaitre et à en apprendre plus l'un sur l'autre.
-------------
*Bipbip*
- Mince ! Comment ça marche ce truc ? C'est vraiment pas intuitif ...
Valil se triture les méninges.
- Alors si j'appuie là, ça devrait normalement ...
Le MKT appel Goï.
- Non non ! Pas l'appeler ! Raccrocher, vite !
Le MKT arrête l'appel.
- Bon. Messagerie. C'est quel bouton ? Celui ci, peut être ?
Le MKT ouvre la messagerie.
- Ah ben enfin ! C'est pas trop tôt !

"Salut Valil ! J'ai cru comprendre que tu manquais d'entrainement lors de la dernière réunion. Tu peut venir me voir au Hangar, qu'on en "discute" un peu ? Aha !"

- Meh. Son allure légèrement hautaine et condescendant me déplaît. Il amuse la galerie, mais il est très utile. Je n'ai pas le droit de l'exclure et de le rejeter. Laissons lui le bénéfice du doute et voyons voir ce qu'il peut m'apporter. Il est vrai que j'ai clairement besoin d'un entrainement. Quand on y pense, j'ai intégré une unité d'élite censé redresser pas mal de tords. Non mais "Moi" ?! On y pense là ? Je suis un rat de laboratoires aux ambitions bien trop grandes pour sa petitesse et pour sa race. c'est bien de voir grand... Oui ! Mais l'armée, les combats ... Est-ce véritablement mon truc ? De toute façon, j'ai besoin de m'endurcir. Mes projets sont d'une envergure bien trop grande pour que je me permette de rester aussi frêle. Ça va pas être une partie de plaisir. Allez Valil, prenons sur nous, et avançons, songea t-il.

Valil pose ses prototypes et ses magasines "Flash Weapons, Special Review" relatant des dernières prouesses de l'armement militaire avec des prototypes amateurs. Valil enlève ses lunettes de soudeur, se lève de sa chaise et se dirige hors de l'atelier.


- Brim ! Je sais pas si tu es là, mais je sors !
Valil entend la musique de Brim pousser à fond.
- Il a au moins le respect de ne pas la mettre à fond quand je suis là. Je l'aime bien lui !

Valil attrape une barre énergétique en sortant et se déplace au hangar.

- Quelle heure il est d'ailleurs ? Le soleil est-il couché ? J'ai encore du mal avec ces fuseaux horaires qui changent de partout...

Valil ne croise personne dans les couloirs, et tout semble étrangement silencieux.
[...]

Après quelques minutes de marche, d'un pas lent mais assuré, Valil perçoit la porte du Hangar.

- Comment ça se passe, je toque, y'a une sonnette ?

[...]

Valil voit le petit bouton qui sert à ouvrir la porte.

- Ah !

La porte du Hangar s'ouvre, pour laisser place à un SAS pour éviter d'accumuler la poussière à l'intérieur du vaisseau.
Quelques instants plus tard, Valil entre dans le Hangar et aperçoit Goï, dans un coin légèrement éclairé de la salle.


- Bonjour Goï ? Tu m'as demandé ?
avatar
Valil Keirn

Messages : 18
Date d'inscription : 16/04/2016
Planète d'origine : Belahus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cognita per facis - Goï Ran et Valil

Message par Goï Ran le Dim 28 Aoû - 17:11

Encore une matinée qui ressemble à hier, et qui ressemblera au lendemain. Les personnes qui ont intégré le Libérateur dont mes "collègues chéris" commencent tout juste à prendre leurs repère. Lors de notre dernière mission, je me suis pris d'affection pour notre cher savant en armement, Valil. Il a clairement laissé comprendre qu'il avait quelque séquelles sur son conditionnement physique, on va voir si il se sous-estime. Puis c'est l'occasion de parler de autre chose que d'expérimentations de machin-bidule-chouette. Après lui avoir laissé un "mignon" petit message, je prend ma légendaire caisse à outils puis je me dirige vers le hangar, l'endroit le plus spacieux du vaisseau. Egalement le parfait endroit pour bricoler clandestinement. Meilleur moyen de me détendre. En me baladant un petit peu dans le Hangar je croise un groupe électrogène baignant dans sa poussière. Certainement qu'il est là pour faire office de booster si une navette nous fait une caprice électrique. En essayant de démarrer rien ne se produit. Merveilleux, je commence à démonter la culasse.

Goï: - Scalpel ! ...Non je déconne, clé plate.

La voix de Goï raisonnant dans le hangar, seulement le clignotement des néons et des vis se détachant de la carcasse en métal en guise de réponse. Il prend une canette de Bar-mut et regarde dans le vide.

Goï: - Ah oui c'est vrai, je suis tout seul ! Haha ! hahaha ... Haha..Ha. Bon ! Bin... à la tienne et à ... Personne d'autre?
Puis il prend une gorgée.
Goï: - Bon alors mon grand ? Pourquoi tu ne démarre pas ? T'es malade ? Laisse papa Goï s'occuper de toi. Bon ok, la culasse est démonté. Les soupapes et les poussoirs sont corrects, les pistons tirent la gueule. Peut-être la segmentation? Allez, on sort un piston pour voir...Clé cliquet s'il vous plaît ! Oh, merci Goï ! Heureusement que tu es la toi !

Il déploie un chiffon puis y dépose le piston dessus. Avec une pince circlips, il retire délicatement le segment de la tête du piston sans le tordre. C'est le bruit du SAS qui le sort de sa concentration:

Valil: - Bonjour Goï ? Tu m'as demandé ?

On m'aurai dit qu'il allait répondre à mon message de manière si naturel, et en plus en venant me voir personnellement.. Et bah je serai parti gratter un ticket spatio-loto ! Valil en personne dans le Hangar, à 10 mètre de moi. Je le respecte énormément, être un Albéen de nos jour ne doit pas être facile au quotidien. Malgré ça il tient bon et n'importe qui pourrai voir cette bonté en lui. Est-ce que j'éprouve un certain complexe d'infériorité? Je n'en sais rien. Mais je qu'à sa place je ne ferai pas de cadeaux.

Goï regarde fixement Valil et se perd dans ses pensées. Lorsqu'il s'en rend compte il secoue la tête pour se resaisir et se focalise sur son chantier de fortune, trifouillant les pièces pour rechercher une quelconque panne imaginaire.

Goï : - Pardon, tu m'excuseras si je ne te serre pas la main, elles ont baigné dans l'huile de moteur ! Je ne suis pas trop rancard, et t'es pas vraiment mon genre..Mais je serai ravi de te connaître un peu plus et te montrer comment on "danse" ? Qu'est-que t'en dis ?

Goï se redresse, souris en coin et ferme ses mains l'une dans l'autre. Et ne peut s'empêcher de défié du regard.


Dernière édition par Goï Ran le Mar 1 Nov - 14:55, édité 2 fois

_____________________________________________________________________

- Alors comme ça on est invincible?
*BANG*
- Dommage...
avatar
Goï Ran

Messages : 69
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Glee Anselm

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cognita per facis - Goï Ran et Valil

Message par Valil Keirn le Lun 29 Aoû - 0:01

En même temps que Goï sort de son coin de lumière, Valil se rapproche de lui d'un pas décidé, prêt à le saluer, en tendant la main.

- Pardon, tu m'excuseras si je ne te serre pas la main, elles ont baigné dans l'huile de moteur ! Je ne suis pas trop rancard, et t'es pas vraiment mon genre...

Aussitôt, Valil baisse sa main et tente de l'interrompre.
- Bien sur, je compr'.
Goï ne le laisse visiblement pas en placer une et poursuit :
- Mais je serai ravi de te connaître un peu plus et te montrer comment on "danse" ? Qu'est-que t'en dis ?

Quelque peu perturbé par l'air à la fois enjoué et distant de Goï, Valil se ressaisit et hoche la tête.

Allez Valil, tu risque de t'en prendre plein la gueule aujourd'hui, mais c'est pour ton bien. Tu vas reprendre des bases. Tu en connais un paquet sur les armes, mais la pratique... Ça n'a jamais été ton fort. On va s'en sortir plus fort, pensa t-il.

Valil laisse paraître sur son visage un air décidé. Toutefois, son corps trahi sa véritable pensée. Il tremble. Il est stressé et a peur du combat. Ça va être inévitable et tente de se rassurer en posant des mots maladroitement, en tentant de comprendre pourquoi Goï est ici, dans cette salle.

- Il semblerait que nous ayons trouvés un chemin d'entente. Tout dépend après ce que tu appelles "Danse" ? Comme tu peut le voir, je reste très légèrement massif pour ma constitution, mais je me déplace assez lourdement et je n'ai aucune technique. Penses tu que nous pourrions y remédier ? J'aimerais ne pas être un fardeau pour l'équipe.
D'ailleurs, que fais tu ici ? On te voit pas trop aux abords du vaisseau. [...] Tu t'ennuie pas trop ici ?

Valil sait que ces mots sont vains. Il va morfler.

- Comme on disait souvent sur Terre "C'est en faisant qu'on apprend" hein ! S'exclame Valil, dans un élan pas très rassuré.
avatar
Valil Keirn

Messages : 18
Date d'inscription : 16/04/2016
Planète d'origine : Belahus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cognita per facis - Goï Ran et Valil

Message par Goï Ran le Lun 29 Aoû - 1:21

L'humour sur leurs planète existe? Au premiers abords Valil paraît froid comme un Brémien et impertupable comme un Drakéide. Mais en vérité  nous avons là un pauvre Albéen qui prend l'attitude d'un Bleu qui commence ses classes. Ou alors je lui fait de l'effet comme si j'étais Jody déguisé en Albéenne qui sait?  Mine de rien son visage reste ferme. Un vrai soldat.

Valil: - Il semblerait que nous ayons trouvés un chemin d'entente. Tout dépend après ce que tu appelles "Danse" ? Comme tu peut le voir, je reste très légèrement massif pour ma constitution, mais je me déplace assez lourdement et je n'ai aucune technique. Penses tu que nous pourrions y remédier ? J'aimerais ne pas être un fardeau pour l'équipe.
D'ailleurs, que fais tu ici ? On te voit pas trop aux abords du vaisseau. [...] Tu t'ennuie pas trop ici ?

J'aimerai pouvoir te répondre, mais dire "je galère à m'intégrer et n'a pas trop l'habitude d'être en équipe" n'est pas vraiment le genre de réponse qui ferai plaisir. Néanmoins, il y a un début à tout.

Il marque un temps puis essaie de parler avec un ton pas très rassuré.

Valil: - Comme on disait souvent sur Terre "C'est en faisant qu'on apprend" hein !
Goï: - Les humains ont de drôles de citations, ce qui explique pourquoi Jody est si tordu. En tout cas tu connais tes limites, c'est déjà une très bonne chose. Et en ce qu'il concerne de "Danser"...Je vais te montrer.

Il s'approche de Valil, souriant une nouvelle fois devant ce dernier qui devient de plus en plus méfiant se préparant à toute tentative d'assaut. Toujours avec le sourire il hoche la tête de côté, comme un enfant qui se prepare a faire une petite bêtise. L'ambiance n'a jamais étais aussi calme, comme n'importe quel début d'un duel.

Premièrement, diversion. Alors pourquoi pas...

- Ce piston ?

Goï saisit rapidement lobjet puis le lance droit dans le visage de son adversaire. Celui ci parvient à esquiver avec un mouvement de tête hurlant de surprise. Juste le temps pour le Nautolan de bondir en salto avant et lui envoyer le talon de son pied, sa course s'arrête à cinq centimètre du visage. Goï reste dans cette posture, la jambe tendu et en équilibre sur l'autre. Immobile comme si son corps était enraciné dans le sol.

- Tu vois ça? Tu vas pouvoir l'arrêter dans quelques temps. Mais pour ça, on va devoir bosser.


Dernière édition par Goï Ran le Mar 1 Nov - 16:14, édité 10 fois

_____________________________________________________________________

- Alors comme ça on est invincible?
*BANG*
- Dommage...
avatar
Goï Ran

Messages : 69
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Glee Anselm

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cognita per facis - Goï Ran et Valil

Message par Valil Keirn le Lun 31 Oct - 0:44

- Les humains ont de drôles de citations, ce qui explique pourquoi Jody est si tordu. En tout cas tu connais tes limites, c'est déjà une très bonne chose. Et en ce qu'il concerne de "Danser"... Haha...Je vais te montrer.

Je sens qu'il prépare quelque chose. Je le sens dans l'air, c'est sur le point d'arriver.
Allez Valil, respire un bon coup. Il a la technique, toi pas, mais tu apprends vite. Ça va le faire. Par quoi va t-il commencer ? Un coup de poing ? Coup de pied vrillé ? -Il n'oserait quand même pas voyons- ... Trop de possibilités pour un face à face. Je crois qu'il faut simplement réagir en conséquence et se contenter d'encaisser.


Goï triture ses affaires et s'approche de moi. Je prends une profonde inspiration, mon corps se régidifie. Goï est de plus en plus proche de moi. J'expire, mon corps et relaxé, détendu. Je suis désormais concentré, impliqué et appliqué.

Les pupilles de Valil s'écarquillèrent, son visage devint fixe, le regard profond, les traits du visage secs et inertes. Valil est conscient de l'instant. Goï est proche. Trop proche. Valil fixe Goï au niveau du sternum. Paré à voir toute éventualités venir de son corps.

- Ce piston ?

Valil, assez peu entraîné à être dans un état aussi concentré fût perturbé par ce court discours. Il releva la tête par réflexe, pour lire les lèvres de son opposant, pour mieux comprendre de quoi il retournait.

Un petit objet, ne méritant pas d'être détaillé davantage, entre dans son champ de vision inférieur gauche de manière absolument fulgurante !

-Ah !

Je parviens à esquiver ce machin d'un hochement de tête, non sans surprise. Ce petit cri n'est vraiment pas à réitérer. Note à moi même, ne plus faire ça.

[...]

A peine eus-je le temps de finir ma pensée que Goï s'en alla farouchement dans une danse terriblement endiablée. Sans trop comprendre ce qu'il vient de se passer, je me retrouver avec un talon devant mon visage

- Tu vois ça? Tu vas pouvoir l'arrêter dans quelques temps. Mais pour ça, on va devoir bosser.

Je ne parviens pas à bouger, mon état, pourtant si concentré, s'est dissipé en un rien de temps pour faire face à un état végétatif sans précédent ! Allez ! DIS DES TRUCS ! BOUGE !

-Hm, Heuu, Très bien oui...

Allez, recentrons nous...
Valil reprend une grande inspiration, suivie d'une expiration le remettant dans un état de concentration avancée.


-Merci d'avoir eu le respect de ne pas m'avoir mit au tapis pour ma première leçon. Aussi instructif que cela puisse avoir été, je doute que nous serions allés beaucoup plus loin. Pourrions nous aborder quelques notions rudimentaires ? J'aimerais apprendre mon cher ami.

Valil se tient droit, les jambes écartées à hauteur d'épaule, le bras gauche légèrement arqué pour venir protéger l'axe central du corps, accompagné du bras droit qui se charge d'accueillir une éventuelle attaque pour la rediriger. Il s'agit d'une technique d'autodéfense des plus rudimentaires. Valil l'avait aperçu quelques fois dans des magasines d'armement, avec des sujets consacrés spécialement aux meilleurs techniques de terrain. Il reprit instinctivement cette même posture, parmi toutes les autres à disponibilité car c'est celle qui lui permet d'être plus concentré et sur de lui même.

-Je me tiens prêt.
avatar
Valil Keirn

Messages : 18
Date d'inscription : 16/04/2016
Planète d'origine : Belahus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cognita per facis - Goï Ran et Valil

Message par Goï Ran le Mar 1 Nov - 22:44

Valil : - Je me tiens prêt.

On ne l'est jamais vraiment. Bien, allons y.

Goï croise les bras, et marche très lentement autour de Valil qui lui garde sa posture et suis du regard son coach improvisé. Le Nautolan ne montre aucun signe d'attaque mais regarde attentivement de haut en bas l'Albéen comme lors d'un diagnostic d'un Visper avant une course.

Goï : - Ton soucis c'est la vitesse. Effectivement taillé comme un Brémien miniature ça va être assez compliqué de changer ça. Tu peux en revanche travailler ta réaction, tes réflexes, rien n'empêche également de travailler la vitesse de l'exécution et de gagner un maximum de temps et d'énergie sur tes mouvements. L'assurance, c'est aussi une chose que tu dois travailler sur toi même. Je pars toujours du principe que dans un duel je peux potentiellement tuer mon adversaire si je n'ai pas le choix. Les gens n'auront pas de pitié Valil, dehors c'est la jungle. Pas de règles, pas de loyauté, pas d'honneur.

Il marque une pause, vraisemblablement la haine refait surface. Il regarde ailleurs un bref instant puis reprend sa marche.

Goï : - Une préparation physique est de rigueur également. Tu dois transformer tes bras en lance missile. Une machine à hématomes, au point de déformer la cuirasse d'un Tharnéen. Tu as des atouts, Valil. Quand tu t'en rendras compte et que tu pourras les maîtriser...Même moi je réfléchirai à deux fois avant de t'accorder une danse.

Il s'arrête soudainement devant lui. Et marche dans sa direction, toujours calme mais d'un pas ferme. Les deux protagonistes sont maintenant face à face. L'un en garde, prêt à tout, l'autre les bras le long du corps, impossible de deviner ses pensées.

Goï : Je suis Nautolan. Je sais ce que je suis, je sais ce que je suis capable de faire car je connais mes atouts...

Son bras droit part à la vitesse de l'éclair pour donner un coup avec la paume de la main sur le buste de Valil. Celui ci, surpris, tousse légèrement tout en essayant de comprendre ce qui lui arrive. Goï se met cette fois en garde, une garde Nautolan consistant a mettre le bras droit devant le visage et le gauche devant son torse, les deux coudes parallèles. Les jambes à largeurs d'épaules, la droite vers l'avant et sa jambe d'appuie, la gauche, est à l'arrière.

Goï : - ...La vitesse.

_____________________________________________________________________

- Alors comme ça on est invincible?
*BANG*
- Dommage...
avatar
Goï Ran

Messages : 69
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Glee Anselm

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cognita per facis - Goï Ran et Valil

Message par Valil Keirn le Mer 2 Nov - 1:45

Le regard lucide et conscient, Valil voit et observe son adversaire à la démarche lente et consciencieuse. Cette même démarche qui scrute Valil du regard, l'épiant, contemplant toutes ses ouvertures, comme étant prêt à bondir se jeter sur lui pour lui tailler un nouveau visage.

-J'ai l'esprit clair. Les seules informations dont j'ai besoin sont ce que mes sens me fournissent comme information.
Faisons le vide. [...]


A cet instant précis, Valil est parfaitement focalisé sur la situation. Sa tête est vide. Il pourfend l'environnement de son regard cherchant à percer à jour le moindre détail de son opposant.

- Entamons l'analyse. Rejetons toutes les idées superflues. Mon adversaire mesure 1m80 environ. Sa carrure laisse présumer un poids non négligeable situé aux alentours des 90 kilos. Difficile de voir avec son treillis de travail. Son treillis, très ample, ne permet pas d'apercevoir d’éventuelles ouvertures. Cela couvre assez largement son corps. Ce même treillis est recouvert de morceau de cuir assez épais à divers endroits, notamment la ceinture abdominale et les bras. Les pseudo-brassards de forces sont sales et en piteux états. Ils sont troués à quelques endroits et ont des traces de brûlures, comme si cela servait à essuyer les différents outils de soudure encrassés. La ceinture abdominale orne une poche à outil. Vidée pour l'occasion on dirait. Sa démarche laisse présumer une attitude agressive, prête à l'attaque.
La clé face à ce type d'hostilité est de garder son sang froid et de continuer à scruter et analyser ses mouvements, et surtout de réagir très rapidement...


Goï interrompu le fil de mes pensées. L'ouïe cherchant maintenant à prendre place parmi les informations, je dois chercher à donner autant d'importance à ce que l'on me dit  que à ce que je perçois.

Goï : - Ton soucis c'est la vitesse. Effectivement taillé comme un Brémien miniature ça va être assez compliqué de changer ça. Tu peux en revanche travailler ta réaction, tes réflexes, rien n'empêche également de travailler la vitesse de l'exécution et de gagner un maximum de temps et d'énergie sur tes mouvements. L'assurance, c'est aussi une chose que tu dois travailler sur toi même. Je pars toujours du principe que dans un duel je peux potentiellement tuer mon adversaire si je n'ai pas le choix. Les gens n'auront pas de pitié Valil, dehors c'est la jungle. Pas de règles, pas de loyauté, pas d'honneur.

Valil note le changement d'expression sur le visage de l'opposant. Cherchant toujours les clés de l'exploitation de sa concentration hors norme, Valil, ne parvint pas à conserver cette même intensité d'effort mental. Il relâche donc un peu la pression, pour garder quelques forces pour un véritable affrontement.

Goï : - Une préparation physique est de rigueur également. Tu dois transformer tes bras en lance missile. Une machine à hématomes, au point de déformer la cuirasse d'un Tharnéen. Tu as des atouts, Valil. Quand tu t'en rendras compte et que tu pourras les maîtriser...Même moi je réfléchirai à deux fois avant de t'accorder une danse.

-Son attitude trahit ses paroles. Il ressent clairement quelque chose de différent que son simple discours sur l'endurcissement personnel. Prenons note.

A présent, le son des pas de Goï se rapproche. Sa posture impressionnante et massive est marquée par une attitude ferme et solennelle.


-Je ressens les légers mouvements d'air sur ma peau qu'il provoque en se déplaçant.

Une fois à distance de bras, Goï s'arrêta.

Goï : Je suis Nautolan. Je sais ce que je suis, je sais ce que je suis capable de faire car je connais mes atouts...

Valil intensifia son regard à nouveau, pour traduire son état maximal de concentration.

[...]

Le bras de Goï lancé à pleine vitesse entre dans le champ de vision de Valil.

- Sa main droite. Elle approche. Trop rapidement. La paume ouverte ne désigne pas une Volonté certaine de faire des dégâts.
[...]
- QUE FAIRE ?! Comment pare-t-on efficacement un mastodonte projeté à une vitesse pareille ?! Par quel moyen, ou, comment ? De quelle sorte ?! Réfléchis réfléchis !


Valil tenta, bien trop tard de se décaler sur la droite pour esquiver le coup. Ce n'est sans aucune solution que Valil se retrouve à chercher son souffle. Il avait perdu son sang froid. Son instinct l'avait perdu, noyé dans un flot de pensées agaçantes et oppressantes.

Le regard dirigé vers le sol, Valil peine à retrouver son souffle mais y parvient. Ce coup, bien que puissant, n'était pas lésant.


Goï : - ...La vitesse.

-Merde ... J'ai perdu mon sang froid. Bon, on va recommencer.
Valil repart de zéro. Il cligne quelques fois des yeux pour retrouver une focalisation normale et se détendre les yeux. Il reprend une respiration lente, harmonieuse et profonde. Il redresse son torse, en déployant son corps volumineux de toute sa hauteur.


Valil : - Bien joué. J'ai perdu mes moyens. J'ai vu ton coup, assurément. Ma réaction a été beaucoup trop tardive. La vitesse est en effet un de tes atouts les plus notables, tu peut en être fier.

Après s'être remit de cette intense bousculade, Valil se remet en position et observe son adversaire en faire de même.

- Voilà une marque de respect. Il se tient prêt et sérieux. J'attendais ça. Commençons à modifier notre attention et passons aux choses sérieuses.


Valil : -Reprenons.

A cet instant, Valil retroussa ses manches d'une façon très solennelle, tel un rituel symbolique de l'ouverture du spectacle.

-Il est rapide, c'est certain. Tenter de détourner son attention serait le sous estimer. Analysons sa posture et agissons en conséquence. Elle est bloquante et prête à réagir. L'attaquer sur le flan protecteur pourrait être une solution envisageable, pour peu que je sois capable de le ruée de coups et de parer sa danse. VALIL, encore une fois, tu cherches beaucoup trop. Ressaisit toi ! Fait surgir cet instinct primitif qui te réussis si bien et que tu as tendance à délaisser. Trouve cette étincelle qui a fait la puissance passée de ton peuple et ravive là en un tourment cataclysmique de flamme !


Valil se précipita sur le flan gauche de son adversaire et arma son poing pour tester la garde de Goï. Le challenger adverse laissa volontairement tomber sa garde.
Valil lance son poing et décoche dans les cotes de Goï.


- Goï : *tousse* C'est donc ça... Ta force. J'aurais parié que tu en avais moins que ça. *Il se redresse*
Valil se précipite et saisit Goï par le col

- Valil : Cesse de me manquer de RESPECT ! Je t'INTERDIS entends tu ?! -hurla t-il - Je t'INTERDIS de baisser ta garde au moment même où nous cherchons à combattre ! Enseigne moi, explique moi, fait moi comprendre, mais ne répète plus jamais ce manque cruel de respect envers moi même, c'est profondément blessant !

Valil lacha Goï. Goï légèrement troublé par la réaction de Valil fléchit sa tête sur le côté d'interrogation.

-Goï : Si tu cherches une nounou pour t'apprendre à jouer avec tes petits poings, c'est pas ici le bureau pour chouiner. Je cherchais juste à évaluer ta force. Par ailleurs, tu devrais faire un peu plus rugir ta colère. Car si tu m'avais frappé avec la même force que celle que tu as utilisé pour me soulever par le col, j'aurais pu subir des réelles blessures je pense. Saches mon pti' père que je fais déjà de mon mieux pour tenter de faire quelque chose de toi. Alors redresse toi et mets toi en position. Dans un réel combat, tu as intérêt de te ficher de savoir si ton adversaire porte un tutu rose ou un porte jartelle en peau de félin. C'est la même chose pour la garde.

- Valil : Mon peuple. Ma condition. La seule chose qui me permet encore de considérer le monde, c'est bien le respect. Mon race entachée, notre histoire brisée et la seule chose que nous continuons de transmettre de génération en génération, ce n'est ni la colère, et encore moins la violence, mais bien le respect et l'indulgence. Oser baisser sa garde alors que je suis des plus sérieux, c'est clairement se position en maître de danse et me prendre de haut. Je ne tolérerais pas cela venant d'un "coéquipier".

- Goï : On a son petit caractère à ce que je vois ! Très bien, très bien, dit-il en lui jetant un autre piston au visage. Je vais m'adapter à des "manières". On va bien trouver un chemin d'entente de toute façon. On peut reprendre, où tu vas continuer tes jérémiades ?

- Valil : Tu as pris en compte ma demande de respect. Reprenons ?

- Goï : Reprenons.
avatar
Valil Keirn

Messages : 18
Date d'inscription : 16/04/2016
Planète d'origine : Belahus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cognita per facis - Goï Ran et Valil

Message par Goï Ran le Dim 6 Nov - 2:39

Les deux hommes se remettent tout doucement en garde sans se quitter des yeux à deux pas l'un de l'autre. Goï n'affiche pas une once de désinvolture et à l'air bien décider de passer la seconde. Valil en revanche, n'a pas l'air de vouloir prendre d'initiative et prend encore une fois une posture défensive, voir de contreur, prêt à attendre la tempête.

Montre moi Valil. MONTRE MOI !

Se propulsant d'un bond vers l'Albéen, Goï envoie une déferlante de plusieurs coups. Les premiers s'écrasent dans les bras de son adversaire, lui laissant l'avant goût de ce qui va arriver. La cadence est régulière et la vitesse du Nautolan ne laisse pas à Valil l'occasion de pouvoir répondre. Le Nautolan change tout de suite de tactique en cherchant des ouvertures, un coup de poing perdu s'enfonce dans l'abdomen. Valil Keirn tousse, les bras recouvrant son estomac.

Goï : - Ne te cache pas derrière ta garde, elle est trop haute. Tu laisse un gouffre aussi gros que le vagin d'une prostituée Albéene à tout le reste du corps.

Allez Valil.

Goï poursuis en envoyant une direct du gauche en plein dans le visage que Valil parvient à arrêter. Mais un coup de tibia dans l'arrière du genoux le fit fléchir. Le voilà accroupi, mais bouillant au possible.

Goï : - Tes appuies, grosse cuve.

Valil se relève aussi vite qu'il est tombé et deploit un crochet du droit avec la ferme attention de briser la mâchoire de son coach. Ce dernier pare avec ses deux avant bras, puis pivote sur lui même, l'action se termine avec un coup de coude s'arrêtant à 2 centimètre du nez de son adversaire.

Goï : - Touché, recommence.

Goï le pousse des deux mains pour laisser de la distance et se remet en garde, attendant que Valil fasse de même. Mais il n'en fit rien; il court comme si sa vie en dépendait les deux poings serrés prêt à en découdre. Son bras droit arrivant comme un marteau finit dans le vide, suivit d'un croche patte du Nautolan qui s'était désaxé à droite, faisant terminer sa course encore une fois au sol.

Goï : - Trop lent. Tu auras autant de retenu avec l'ennemi ? Le but n'est pas d'avoir un rancard avec je te signal.
Valil: - TAIS-TOI !
Goï : - Oui c'est ça Valil !

Valil arrive plus vite que prévu devant son adversaire en lui bombardant de crochet que ce dernier ai du mal à encaisser malgré une garde hermétique. Les bras ne supportant plus de dévier et de parer les coups, le Nautolan utilise sa mobilité avec des mouvements de tête et de buste. L'ambiance du hangar est rythmé par les coups de l'Albéen fendre l'air, essayant tant bien que mal à touché son adversaire qui lui se faufile entre ses coups.

J'y suis presque. Il commence à fatigué, c'est maintenant ou jamais.

Les coups de Valil perdant au fur et à mesure de leurs l'intensité, Goï parvient a saisir ses deux poings. Les voilà maintenant face à face.

Goï : - Ne jamais dépenser toute son énergie.
Valil : - Il m'en reste suffisamment.

Après un léger rictus, Valil se sert de sa tête pour envoyer Goï Ran deux mètres plus loin au sol. Immobile, le front en sang, mais un sourire des plus sincères.

On y est. Enfin.

Goï : - Et bah, il en faut pour te chauffer.

_____________________________________________________________________

- Alors comme ça on est invincible?
*BANG*
- Dommage...
avatar
Goï Ran

Messages : 69
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Glee Anselm

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cognita per facis - Goï Ran et Valil

Message par Valil Keirn le Mar 14 Fév - 0:22

Valil, tendant la main à son nouvel ami : - Et il en faudra bien plus pour me faire abandonner ! Allez, attrape ma main.

Pas une once d'hésitation. Le Nautolan se saisit de la main de Valil et se releva avec fierté.

Goï : - Je pense que nous avons tout les deux appris de cet échange, tu penses pas, blanc bec ?
Valil, s'essuyant la bouche avec sa manche dépareillée : - Je le penses en effet. Je pense aussi que nous pouvons parvenir à faire quelque chose d'intéressant tout les deux. Non ?
Goï : - Tss. Je pense qu'il va en falloir un peu plus pour rendre ta carcasse plus solide et impénétrable.
Valil, résolu : - Alors on se dit à dans trois jours, même endroit, même heure ?
Goï : - Aha ! Et il en redemande ! Parfait Valil ! On dit qu'on fait comme ça. Allez, file maintenant.

Valil sorti, chancelant. Mais fier. Ce qu'il avait accompli était Libérateur, épanouissant. Cet échange, certes musclé avait permit à l'Albéen de se révéler une âme de combattant. Se déchirer pour une cause, apprendre à attaquer et parer des attaques adverses. Tout ça n'était que théorie. Et voilà que la pratique s'en trouve bien plus instructive que ces quelques revues et autres bouquins de techniques de self-défense.

Valil, amusé : - Assez joué, je vais faire un tour à l'infirmerie.

avatar
Valil Keirn

Messages : 18
Date d'inscription : 16/04/2016
Planète d'origine : Belahus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cognita per facis - Goï Ran et Valil

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum