Que l'enfer vous sauve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Que l'enfer vous sauve

Message par Orgoloth Azalor Aguammal le Lun 13 Fév - 21:24

Le Drakéïde ne se tenait pas comme auparavant. Lui qui s'asseyait toujours en posture de méditation était aujourd'hui adossé contre un roche, face au feu, les bras croisés et le regard perdu dans les flammes. Un regard vide, qui traduisait bien l'impact des récents événements. Tout le monde était couché mais personne ne trouvait le sommeil pour l'instant, seul Goï faisait les cents pas derrière Orgoloth, cherchant sans doute dans la profondeur de la nuit étoilé une réponse. 


Cela ne peut pas être vrai.Titania ne peut pas tomber, Titania ne peut pas, ne doit pas céder ! Que c'est-il vraiment passé? Une guerre comme sur Poséidon ? Une reddition demandée par Tanhweqi Glauuq à Taryanke ? Je suis fautif, je n'aurais jamais dut rejoindre l'Epée, je n'aurais jamais dût quitter Titania pour cette aventure. Que Graxis me pardonne mais tout est ma faute, ma place n'est pas parmi ces Humains, Nautolans ou même Albéens, ma place était auprès de mon peuple... ma place était auprès de Morgal... Mais que Graxis et Kuama m'en soient témoin, je sacrifierais ma vie pour rattraper mon parjure. Je serais la Drakkons Sword vengeresse de cet cataclysme. Et je n'implorerais nullement l'aide de Graxis car ces Démons ne mérite pas un tel traitement de faveur. Kuama je t'implore, aide moi à leur faire payer le prix fort, et leur montrer que l'enfer peut avoir une apparence de salue face à ce que nous leur feront endurer.


Orgoloth se redressa et pris sa Drakkons Sword dans sa main gauche. Il baissa le haut de sa combinaison, laissant apparaître son torse,  marqué par les récents événements malgré la bienveillance des médecins.

Orgoloth murmurant : - Tu sais ce qu'il te reste à faire pourriture.

Il porta sa lame à son torse, entaillant ses écailles dans le sens de la largeur. L'entaille était parfaitement symétrique avec deux autres cicatrises se trouvant un peu plus bas sur sa poitrine. 

Orgoloth murmurant : - Tu es le seul fautif.

_____________________________________________________________________


"Que Graxis nous garde"
avatar
Orgoloth Azalor Aguammal
Admin

Messages : 32
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Titania

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que l'enfer vous sauve

Message par Goï Ran le Lun 13 Fév - 22:28

Goï marchait machinalement autour du bivouaque, ignorant sa fatigue, ses blessures, la chaleur. Tout paraissait si superflues à côté de son coeur, saigné à vif. Les flammes dansaient sous le regard perdu d'Orgoloth qui lui semblait complètement absent à la situation, comme une statue en plein désert. Le Natif s'est arrêté un bref instant pour regarder le Vétéran du Neuvième Libérateur. Son regard était partagé entre la compassion, la tristesse, avec l'impuissance de ne pas pouvoir faire quelque chose pour son frère d'arme.

Aucun remède. Aucun espoir. Aucune solution. Rien ne donne envie de respirer encore. D'ailleurs respirer fait mal. Mon sang est en ébullition. Je me retrouve là, enfermé dans cette cage rempli de sable à attendre pendant que ma planète subit ce siège. Elle qui avait besoin de tout, sauf de ça. La culpabilité de ne pas avoir fais ce qu'il faut pour elle, d'avoir fait comme les autres. D'avoir pensé qu'a mes tentacules. Elle qui a besoin d'une vraie patrie, d'amour, de sagesse, de stabilité. Maintenant au plus les heures passent plus j'ai l'impression que c'est trop tard.
Non. Ce n'est pas terminé. On a pas le droit de les laisser gagner. Tant que je peux tenir encore des armes je les fumerais un par un par un. Seul, ou pas.

Quelque larmes coulaient sur les joues du Nautolan. Les poing serrés et désormais le regard vers le ciel. Puis c'est un bruit métallique qui le fit sortir de sa tourmente. La lame Drakéide qui commençait à avoir bonne réputation dans le vaisseau était désormais dans la main gauche de son hôte. C'est en le voyant retirer le haut de sa combinaison que Goï comprit la suite. Il se rapprocha doucement vers l'homme d'écaille, intrigué par l'étrange cérémonie dont il était témoin. Une fois qu'il avait terminé, Orgoloth a remarquait enfin la présence du Nautolan se trouvant à quelques pas de lui. Silencieux, mais les yeux remplis d'émotions.

Goï : - Vous faîtes tous ça quand vous partez en guerre?


Dernière édition par Goï Ran le Mar 14 Fév - 13:19, édité 2 fois

_____________________________________________________________________

- Alors comme ça on est invincible?
*BANG*
- Dommage...
avatar
Goï Ran

Messages : 65
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Glee Anselm

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que l'enfer vous sauve

Message par Orgoloth Azalor Aguammal le Lun 13 Fév - 23:00

La question du Nautolan mit tout d'abord Orgoloth dans une colère noire, sans doute parce qu'il n'était pas le plus extraverti et bavard des Drakéïdes, mais aussi car il craignait de se montrer dans cet état de faiblesse. Il se retourna vers Goï puis marqua un temps d'arrêt fasse à l'émotion qui se lisait sur son visage.

Lui aussi a dut perdre les siens Orgo, ne soit pas renfermé comme à ton habitude.

Orgoloth invita par un simple geste de la main le Nautolan à s’asseoir avec lui près du feu, ce qu'il accepta rapidement, tout en restant relativement éloigné de cette source de chaleur.
 
Orgoloth : - Partir en guerre dis-tu? Non, c'est bien plus compliqué que ça. C'est un fait culturel qui est pour nous autres Drakéïdes une évidence. Nous dévouons notre vie et bien plus encore à servir ce qui est juste. C'est une façon d'annoncer à Graxis le début d'un repenti. Parfois le parjure se répare par le bien, parfois le parjure se répare ... par d'autres moyens..

Quelques longues secondes passèrent et les deux protagonistes fixaient du regard les flammes dansant devant eux.


Tu es faible Orgo. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi même. Et tu sais très bien que Goï a quand même raison. C'est la guerre, et hors de question de ne pas être au premier rang.

Orgoloth releva son regard, pour le poser sur le Nautolan qui se tenait toujours prêt de lui. Il est vrai qu'ils ne partageaient pas la plus grande complicité de l'univers, mais Orgoloth avait toujours eu un attachement pour se jeune soldat, lui rappelant sans doute sa fougue d'antan.



Orgoloth : - Je ne connais rien de toi et encore moins de ton passé Goï mais sache que je t'adresse mes plus sincères condoléances. Si je peux faire quoi que ce soit pour soulagé ta peine, n'hésite pas.

_____________________________________________________________________


"Que Graxis nous garde"
avatar
Orgoloth Azalor Aguammal
Admin

Messages : 32
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Titania

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que l'enfer vous sauve

Message par Goï Ran le Mar 14 Fév - 0:45

J'écoutais les phrases énigmatiques de mon coéquipier dans le plus grand des calmes. Moi-même je me suis étonné d'avoir adopté cette attitude. J'ai pas envie de rire, ni non plus de plaisanter, ni de porter ce masque ridicule de bouffon. Orgoloth, malgré sa voix rauque, reste quand même très agréable à entendre. On pourrai l'écouter toute la nuit. Il est apaisant, il n'est pas une boule de nerf comme moi. Et si c'est le cas pour lui également, alors il le cache très bien. Mais je sais qu'il fait son maximum pour garder son calme, et moi je fais mon maximum pour ne pas hurler et vider mes deux revolvers. L'Ancêtre, nous sommes complètement différent, et pourtant nous vivons le même deuil, la même peine, et sans doute la même rage.

Le regard du Drakéide se posa sur lui, un regard reptilien qui glace le sang. Goï ne su quoi dire, il était juste là, connecté à cette relation quelque peu singulière. Il ne savait pas si il était bien à sa place, ou bien s'il avait fait un faux pas. Le Nautolan regardait l'Azalor comme un animal presque imprévisible. A mesurer chaque faits et gestes.

Orgoloth : - Je ne connais rien de toi et encore moins de ton passé Goï mais sache que je t'adresse mes plus sincères condoléances. Si je peux faire quoi que ce soit pour soulagé ta peine, n'hésite pas.

Sur ces mots j'ai réalisé plusieurs choses. Premièrement, j'aurai aimé connaître Orgoloth dans d'autre circonstances. Deuxièmement, il est dommage d'attendre un si tragique évènement pour nous souder. Et enfin, même si tout va mal, je ressens le besoin de l'aider, et pour la première fois je ressens un bon sentiment. Et seulement pour ça je lui en serai toujours reconnaissant.

Goï : - Merci le Vieux. Toi aussi.

D'habitude ce genre de réflexion dite par le Nautolan pourrait transpirer de sarcasme. Mais pas cette fois, c'était seulement sa manière (souvent par les surnoms) de dire qu'il tient à la personne. Le Drakéide répond par une légère révérence de la tête, ce que le Natif finit par réagir avec léger sourire...Et les yeux humides. A présent, le silence reprit sa place et les deux protagoniste replongèrent dans les flammes. Quelques bruits de vermines certainement curieux de savoir qui sont les nouveaux arrivants rythmaient cette soirée chaotique.

_____________________________________________________________________

- Alors comme ça on est invincible?
*BANG*
- Dommage...
avatar
Goï Ran

Messages : 65
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Glee Anselm

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que l'enfer vous sauve

Message par Orgoloth Azalor Aguammal le Mar 14 Fév - 17:03

Il était toujours bon de savoir qu'il y avait quelqu'un sur qui on pouvait compter et croyez moi, sa voix ne traduisait qu'une chose en plus d'une profonde émotion, c'était une total sincérité. C'est une facette d'ailleurs qui m'est totalement inconnu de Goï. Lui qui avait toujours un ton sarcastique et qui avait plus tendance à blaguer qu'à parler, preuve que les récents événements avaient sans doute autant d'impact sur moi que sur lui.

Un long moment de silence s'instaura après les paroles du Nautolan. Eux que tout opposait, venaient de vivre une tragédie dont-ils n'auraient jamais pensé être les victimes. Et comme pour briser ce silence Orgoloth se leva, non pas sans peine ni grimace, rangea sa Drakkons Sword et s'adressa à Goï Ran.


Orgoloth : - Que dirais-tu d'aller marcher un peu avec un vieillard autour du campement pour se dégourdir les jambes ?

Je ne voulais pas forcément marcher, ni même bouger en fait. C'était surtout une invitation à s'éloigner un peu des oreilles attentives. Peut-être parler à cœur ouvert et s'avouer réellement ce que l'on traverse. Sa fierté l'empêchera peut-être d'être sincère, mais il saura au moins que dans le besoin il pourra trouver chez "un vieux Drakéïde"  une oreille attentive.

_____________________________________________________________________


"Que Graxis nous garde"
avatar
Orgoloth Azalor Aguammal
Admin

Messages : 32
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Titania

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que l'enfer vous sauve

Message par Goï Ran le Mer 15 Fév - 13:20

Quand on est assit et qu'on a Orgoloth devant soi, le Drakéide a des allures de Titan. Il a même faillit m'intimider. Il à l'air de vouloir partir se coucher. C'est bien. Il en a grandement besoin, je vais pouvoir contin-

Orgoloth : - Que dirais-tu d'aller marcher un peu avec un vieillard autour du campement pour se dégourdir les jambes ?

C'était trop beau. Mais finalement...Ce n'est peut-être pas plus mal. C'est peut-être le meilleur moment dans cette soirée infernale de jouer carte sur table. A-t-il besoin de parler ? De m'avouer quelque chose sans qu'on écoute aux portes? Va savoir, je fais les cents pas depuis que nous sommes arrivés ici, ça me fera marcher pour une bonne raison au moins. Et puis, peut-être que moi aussi, j'ai besoin de parler avec quelqu'un.

Doucement mais pas sans grimace, le Nautolan se leva, puis tapote par réflexe son pantalon plein de cette poussière beige qui recouvre le continent. Il s'étira un bref instant et commençait à marcher, une réponse suffisante à la demande du Drakéide.

Goï : - Je vais essayer de pas marcher trop vite pour toi, l'Ancêtre.

Les deux hommes s'écartaient de plus en plus du camp au point que la seule source de lumière qui était le feu, était désormais remplacée par le ciel étoilé. Puis après quelques minutes Goï s'arrêta subitement, Orgoloth le remarqua un peu plus tard, certainement plongé dans ses pensées. Il se retourna vers son coéquipier, les voilà maintenant séparés de quelques mètres. Le Nautolan regardait le sol, les mains dans les poches.

Goï : - Titania. Tu sais, avant de te connaître je ne connaissais rien de votre population. Pour moi vous étiez comme nous, des gens qui se démerdent et qui veulent juste être pénards. Puis...Haha. Quand j'étais au bord du Neuvième Libérateur, dans ma cabine, je me baladais sur Xélia et j'ai alors voulus savoir un peu plus sur vous. Et devine quoi mon gros? Je suis devenu jaloux. Au début je n'assumais pas du tout. Mais rien à faire dès que je te voyais je ressentais ce sentiment, c'était très gênant. Là j'ai réalisé qu'il y avait rien de similaire entre nos deux civilisations. Tu veux savoir un peu comment ça se passe chez nous? La population est divisée, et ont des idéaux complètement opposées. Tout le monde pense qu'à leurs tentacules. Des guerres de gangs, des vols, des pillages. évidemment dans la campagne, pas dans la capitale. Peu d'endroits sont respectés, seulement nos temples, ou des arbres qu'on appellent les "Arbres Antités".
Ce n'est pas la première fois que je vois un siège le Vieux. Oui, ce n'est pas à la même échelle qu'aujourd'hui, mais j'en ai vu un bon paquet dans ma planète. Le village...où je...Hum. Le village où je...

Goï expire assez fort et n'ose à peine affronter le regard de son frère d'arme Drakéide. Néanmoins il se rapprocha doucement vers lui. Ils sont désormais à un pas, l'un de l'autre. Le Nautolan relève doucement la tête et regarde son partenaire dans le blanc des yeux.

Goï : - Le village dans lequel j'ai grandi, perfectionné mon art martial. Ce village où a vécu ma famille, mes amis. Ce village a était rasé et brûlé. Les seuls vestiges de ce village sont une petite photo à moitié calcinée et cette tentacule qui s'est atrophiée du à une importante brûlure au troisième degrés. Qu'est-ce que j'ai foutus après ça ? Et bien j'ai abandonné. Oui. Je suis devenu pire que mes ennemis. A quoi bon se battre pour une bonne cause quand celle-ci n'est pas partagée par l'avis général? Et l'OU m'ouvre quand même ses portes, est-ce un moyen de laver mes pêchés ? Ou de rétablir l'ordre ? Maintenant avec ce qu'on vit je ne sais même pas si je dois me poser la question.

Le Natif envoya subitement un gros coup de pied dans le sable et reprit doucement sa marche pour s'arrêter finalement à quelques pas derrière son partenaire, les voilà maintenant dos à dos. Orgoloth restait glacial et toujours immobile.

Goï : - Tu es bien éduqué, et moi je suis juste jaloux. Je ne fais pas exprès d'être un p'tit con. Alors je me rattrape dans ce que je suis capable de faire pour l'armée en mettant mes compétences à leurs profit, et j'espère que ça leurs convient.

_____________________________________________________________________

- Alors comme ça on est invincible?
*BANG*
- Dommage...
avatar
Goï Ran

Messages : 65
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Glee Anselm

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que l'enfer vous sauve

Message par Orgoloth Azalor Aguammal le Mar 28 Fév - 21:21

La sincérité de Goï avait touché Orgoloth au plus profond de lui même. Il n'avait jamais entendu de sa longue vie quelqu'un ouvrir son cœur comme il venait de le faire. Il est très peu coutumier sur Titania de parler de ce que l'on ressent même dans des situations comme celle-ci. Et sans doute pour la première fois depuis bien longtemps, Orgoloth se senti "bête", comme un Drakéïde à qui le Roi avouerais la non existence de Graxis, ou un Nautolan à qui on démystifierait les "Arbres Antités".

Orgoloth : - Tu sais ... Goï mmmh .. (Le Drakéïde cherchait ses mots) ta sincérité à mon égard m'abasourdi. Et quoi que tu penses, aussi flatteur que cela soit, tu n'as rien à envier à personne. Absolument personne. Tu as un regard sur le monde qui t'entour et une ouverture d'esprit que je n'aurais jamais. Concernant Glee Anselm, tu m'excuseras, mais je ne connais quasiment rien à votre planète, à vos uses et coutumes. Je suis désolé si l'individualisme est prôné. Cependant quand j'étais sur le champ de bataille, ce n'est pas ce que j'ai vu. Le Goï Ran qui était à mes côtés n'était pas l'être individualiste que tu me décris sur ta planète et surtout il n'avait à jalouser personne car même sur Titania, que tu sembles admirer, peu de personne serait capable de batailler avec le courage dont tu as fait preuve.

Les deux protagonistes s'étaient arrêtés de marcher, regardant tout deux droit devant eux, Orgoloth continuant son monologue

Orgoloth : - Je n'ai encore jamais perdu d'être cher, et c'est pour ça, sans doute, que ces événements me terrifient. Tu n'es pas sans connaître la situation sur Titania.. Nous n'avons pas besoin de ça et je m'en veux terriblement de ne pas être avec mes proches en ces moments de crises. Tu sais Goï, j'ai une famille là bas, un frère même. Rien que d'y penser je revois son visage, plein jalousie mais aussi de rancœur lorsque je dus lui annoncer mon départ de Titania. Si il leur arrivait quoi que ce soit, je ne me le pardonnerais jamais, car un Azalor se devrait d'être parmi les siens... plutôt que de jouer les touristes de l'espace aux comptes de Jekalia.. Je pense d'ailleurs que mes proches m'en voudrait de travailler pour ceux qui font tout pour garder le monopole monarchique sur l'Univers...

_____________________________________________________________________


"Que Graxis nous garde"
avatar
Orgoloth Azalor Aguammal
Admin

Messages : 32
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Titania

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que l'enfer vous sauve

Message par Goï Ran le Dim 5 Mar - 23:01

Goï avait comme une moue de réflexion à l'écoute des propos de son confrère. Il était partagé entre la surprise en l'intrigue, de loin on pourrai croire qu'il ai eu une absence. Ses yeux étaient toujours posés sur Orgoloth, même il ne le regardait pas vraiment. Il assimilait tout doucement ces derniers mots, se les rembobinant plusieurs fois dans la tête. Son expression de colère arriva subitement, comme revenu sur terre, les yeux inondés de larmes, il serra les deux poings.

Goï : - NON MAIS J'HALLUCINE !

Un énorme coup de poing pars en flèche en direction de son torse. L'impact fut laborieux; un son sec, comme si le Nautolan avait frappé sur le tronc d'un arbre. Son bras rebondis, les phalanges en sang. Le Drakéide n'avait reculé que d'un léger pas en arrière. Goï tenait sa main tremblante, du au choc.

Goï : - Argh !!!! Putain de merde !!

L'Azalor, gêné par la situation, resta silencieux tandis que le Natif tournait en rond en se tenant la main en regardant s'il ne s'était pas cassé une ou deux phalanges. Il s'arrêta brusquement, prenant le contrôle de sa douleur, en haletant, les nerfs en ébullition. Il serra à nouveau le poing, ignorant totalement l'état de sa main.

Goï : - Alors c'est ça, Orgoloth Azalotruc Aguammal ?! Une pov' victime qui regrette d'avoir signé à l'OU ?! On s'en fou de l'OU ! On s'en fou de ces hommes verts qui nous tiennent les bourses dans tout l'Univers ! Tu as signé pour des raisons. J'AI signé pour des raisons. Et on savait ce que sa implique. Si tu passe pour un traître, alors au lieu de gémir... RUGIS !!! Montre leurs le contraire ! Reviens avec la tête du fils de pute qui sert de mamie à Paramon ! Et on verra si tes coincés des écailles de Titania te regarderont de la même manière ! Nous sommes plus utile ici, peut être pas toute de suite. Mais notre influence et nos actions seront déterminantes pour la suite, et donc pour nos galaxies. Si il y a bien un truc que j'ai appris du haut de mes vingt huit petites années, grand-père Le Fossile...

Le Nautolan posa sa main enduit de sang sur la nuque de l'homme d'écailles, son front à deux centimètres de son museau.

Goï : - ...Pleurer, regretter, culpabiliser... N'a jamais ramené ma famille. Mais j'ai deux revolvers qui peuvent renvoyer la facture. Et elle s'annonce très salée.

_____________________________________________________________________

- Alors comme ça on est invincible?
*BANG*
- Dommage...
avatar
Goï Ran

Messages : 65
Date d'inscription : 15/04/2016
Planète d'origine : Glee Anselm

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que l'enfer vous sauve

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum